C’est une idée que vous avez sans cesse en tête : vous souhaitez demander une augmentation de salaire, mais vous n’osez pas. Soit le moment vous paraît inopportun, soit vous ne savez pas comment présenter la chose.

Pourtant, 2018 serait l’année où la rémunération des cadres va bondir d’environ 7 à 15% tous secteurs confondus en France, grâce à l’amélioration du marché du travail. Alors, si votre employeur ne vous la propose pas de lui-même, suivez nos conseils et lancez-vous !

Calculez le montant de votre augmentation de salaire

Le premier point clé pour négocier votre augmentation sera de calculer quelle est votre contribution réelle à l’entreprise. Pour déterminer cela, vous pouvez avoir un raisonnement soit positif : j’ai augmenté le chiffre d’affaire de l’entreprise de tant, ou a contrario par la négative : j’ai évité telle ou telle perte de gain. Il est important de chiffrer votre plus-value, c’est vous qui demandez le montant de l’augmentation, votre employeur l’acceptera ou non.

Préparez-vous aussi à devoir revoir vos exigences à la baisse durant la négociation. Vous devez savoir ce que vous coûtez à l’entreprise pour rester le plus réaliste possible. Demander une augmentation de salaire demande de penser autant à ce qu’on a apporté qu’à notre valeur future pour l’entreprise. N’hésitez pas à adapter vos prétentions en fonction de la tournure que la discussion prendra.

Préparez-vous au bon moment

Vos réalisations, celles dont vous parlerez lors de cette négociation, doivent être en dehors du cahier des charges qui vous est attribué. Vous devez être aller au-delà de ce qu’on attendait de vous. Pour cela reprenez votre fiche de poste et évaluez votre évolution.

Il est recommandé de tenir une comptabilité pour montrer les projets que vous avez réussis. La constitution du dossier qui vous permettra de demander cette augmentation en plus de vous donner les arguments, vous donnera confiance en vous.

Dans tous les cas, vous devrez faire preuve d’humilité par rapport aux faits que vous décrirez. Cela signifie que vous devez montrer le fait que vous préférez être utile plutôt qu’indispensable à l’entreprise. L’esprit dans lequel vous allez aborder cette augmentation : montrer votre plus-value plutôt qu’exiger sans concession, aura un impact certain sur la décision finale.

A noter : Un rendez-vous formel, sera toujours plus à propos pour discuter de cette question. Prenez le temps de demander un temps spécifique plutôt que d’aborder la question entre deux réunions.

Il y a dans l’année, des moments plus propices que d’autres, pour augmenter ses chances d’avoir une augmentation. Ainsi, les budgets des RH sont préparés en fin d’année, jusqu’au mois de janvier, le moment pourraient donc être plus propice. C’est également la période de l’entretien annuel d’évaluation, jusqu’au mois de février, une autre étape formelle d’évaluation dans votre progression au cours de laquelle vous pourrez mettre en avant le travail que vous avez réalisé.

Prenez un risque réfléchit

La demande d’une augmentation de salaire est toujours un risque à prendre et son issue est incertaine. Pour autant, vous pouvez prendre ce risque, si vous avez réfléchit aux conséquences et mis toutes les chances de votre côté.

Ne demandez pas une augmentation trop tôt. En phase de recrutement par exemple, des prétentions salariales trop hautes pourraient vous désavantager par rapport à d’autres candidats.

Lorsque vous aborderez le sujet avec votre responsable, il faudra être franc et aborder la question clairement. Cela vous permettra de montrer là où vous voulez aller, ne tournez pas autour du pot.

Vous devrez aussi prendre en compte les us et coutume de votre entreprise afin de pouvoir adapter votre discours. Par exemple, certaines entreprises pourraient vous proposer une prime exceptionnelle plutôt qu’une augmentation de votre salaire de base. Votre interlocuteur pourra aussi différer d’une boîte à l’autre. Il faut que vous soyez attentifs à ces détails pour être pertinent.

Encaisser un refus

Dans le cas où votre employeur refuse votre demande, ne vous braquez pas. En effet, lui faire une leçon de moral ou pire, du chantage à son supérieur est le dernier des comportements à avoir.

Face à un refus il est toujours possible de rebondir. Tout d’abord, il faut que vous demandiez à votre interlocuteur, quand est-ce que vous pourrez revenir négocier avec lui. Un instant précis dans le temps vous permettra d’y voir clair. Vous pouvez également proposer de recevoir un avantage en nature plutôt qu’une augmentation, elles coûtent moins cher à votre employeur et peu représenter beaucoup pour vous en termes de pouvoir d’achat.

Ne vous découragez pas, aucun refus n’est définitif dans le temps.

Conclusion : pour obtenir quelque chose, il faut le demander. En partant de ce principe-là, il n’y a pas de bonne raison de se refuser une négociation pour demander une augmentation de salaire, le tout est de bien se préparer et prendre confiance en soi, vous en valez la peine.

 

Cet article a été écrit, dans le cadre d’un partenariat, par les équipes de “Le Coin du salarié”, www.coindusalaire.fr.

Le Coin du Salarié est un site pratique et ludique pour les employés. L’objectif du site est d’aider les salariés à comprendre leur droit sur leur lieu de travail, leur donner des astuces et conseils sur la gestion de leur carrière et répondre à tout type de question RH ou juridique.

 

Vous voulez diffuser un article sur Hyperbolyk, le blog des resources humaines et de la formation professionnelle ? Hyper-bonne idée ! Contactez-nous à hello@hyperbolyk.com pour échanger sur nos modalités.

Spirale 76310 34 36 Mareike Bottes en caoutchouc pour 36, rose - B075XXY63P -,

Laisser un commentaire Annuler la réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.